Publicat: 18 Noiembrie, 2015 - 19:57
Ebriété guerrière

Le 13 novembre 2015, une série de fusillades et d'explosions ont endeuillé Paris et Saint-Denis, provoquant la mort d'au moins 130 personnes. Les auteurs de ces attentats, souvent des jeunes Français musulmans, ont motivé leur acte en invoquant l'intervention militaire de leur pays en Syrie contre l'Organisation de l'Etat islamique (OEI). Deux jours plus tard, Paris a procédé à de nouveaux bombardements contre les positions de l'OEI en Syrie, principalement dans la « capitale » de l'organisation, à Rakka. Et, dorénavant, le gouvernement français comme l'opposition de droite s'accordent sur la nécessité de multiplier les « frappes » en Syrie. L'urgence de mener sur le front intérieur une « guerre » implacable ne les distingue pas davantage.

La seule question qui semble faire débat entre eux tient à la composition de la coalition internationale combattant l'OEI. Avec ou sans la Russie ? Avec ou sans l'Iran ? Avec ou sans le gouvernement syrien ? La politique étrangère française, dont le crédit a été largement atteint par une succession d'hypocrisies et de maladresses, paraît à présent se rallier à l'idée d'une alliance aussi large que possible. Une telle position est déjà celle que défendent l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, l'ancien premier ministre François Fillon et l'ancien ministre des affaires étrangères Alain Juppé. Tous exigeaient il y a encore quelques mois, ou quelques semaines, le départ préalable du président syrien Bachar Al-Assad ; tous y ont dorénavant renoncé.

Décidée de manière solitaire, sans débat public, sans participation autre que purement décorative du Parlement, dans un alignement médiatique conforme aux habitudes du journalisme de guerre, l'intervention militaire française soulève néanmoins plusieurs questions de fond (...)